Actualités

Le mois des plantations par excellence !

Préparez la fête de Toussaint.
type="image/jpeg">JPEG
Un grand choix de plantes de Toussaint dans votre jardinerie à découvrir !
Lorsqu’on souhaite déposer des plantes à la Toussaint, on pense le plus souvent aux chrysanthèmes. Or, il existe d’autres variétés de plantes de Toussaint qu’il est possible de placer sur les pierres tombales de nos proches disparus. En fonction du climat et des gelées, ces plantes resteront plus ou moins longtemps : quelques semaines voir quelques mois.
Peu importe les variétés de plantes déposées à la Toussaint et leur durée de vie, le plus important reste de rendre hommage aux personnes qui nous ont quittés. Privilégiez surtout des couleurs qui étaient appréciées par le proche disparu et n’hésitez pas à demander conseils à nos vendeurs !

Des plantes de Toussaint chatoyantes !
Certaines plantes de Toussaint peuvent résister de longs mois sur les sépultures. Seule une future canicule constante ou plusieurs semaines de pluie peuvent leur porter préjudice.

Le cyclamen
C’est une plante de Toussaint qui résiste très bien aux gelées : elle peut en effet survivre jusqu’à des températures atteignant les -10°. Souvent de teintes mauve et rose, le cyclamen permet d’apporter de la couleur sur des sépultures trop souvent tristes en cette période de l’année.

La bruyère
Idéale pour les régions qui ont souvent de très fortes gelées, la bruyère résistera aussi très bien à ces climats rigoureux. En revanche, elle est moins recommandée dans les régions plus sèches et plus venteuses du fait qu’elle pourrait rapidement griller. C’est une plante qui offre une floraison abondante et durable : elle pourra ainsi proposer des couleurs chaleureuses d’octobre à mai. Elle ne demande également que très peu d’entretien.

Les hellébores
Ces plantes peuvent facilement résister à la neige, au gel et à l’humidité. Bien que plantes d’hiver, elles peuvent offrir des couleurs chaudes qui viendront embellir le monument funéraire. Les hellébores font partie des rares fleurs qui s’épanouissent en hiver. Pouvant avoir des teintes pourpres et violettes, elles constituent un choix idéal pour apporter de la lumière à la pierre tombale.

Plantes de Toussaint pour toute l’année
Pour les personnes qui fleurissent la tombe uniquement à la Toussaint, il est préférable de privilégier des plantes à feuillage persistant afin que celles-ci puissent affronter tous les aléas climatiques de l’année. Elles sont cependant moins colorées…

Les conifères nains
De forme compacte, les conifères nains ont l’apparence de petits thuyas et peuvent offrir quelques coloris plus originaux que le vert. Dorés, argentés ou bleutés, ils peuvent facilement faire face à des températures extrêmes, pouvant aller jusqu’à -25°C.

Les buis
Ces plantes peuvent aussi avoir une longue espérance de vie près des sépultures. Certaines variétés offrent des feuillages dorés et apportent ainsi de la couleur aux tombes. Elles résistent très facilement aux températures négatives

A la maison



  • Rempoter les plantes d’appartement

Avant l’arrivée de l’hiver, profitez d’une belle journée d’automne pour rempoter vos plantes d’appartement : pour croître et fleurir, les plantes d’intérieur puisent dans le terreau présent en faible quantité dans les pots qui les contiennent.
Malgré vos soins attentifs et les apports d’engrais, des rempotages réguliers sont nécessaires pour assurer un développement correct et une bonne santé.
Le rempotage devient nécessaire lorsque les racines sont trop à l’étroit et ne peuvent plus se développer. Après une forte croissance, les plantes peuvent avoir besoin de ressources pour affronter l’hiver et ce rempotage les aidera !
  • Choisissez un pot en terre cuite d’un diamètre légèrement supérieur à l’ancien (2 à 4 cm maximum).
  • Placez sur le trou au fond du pot des billes d’argile afin que les racines n’obstruent pas ce passage nécessaire à l’écoulement de l’eau.
    Mettez quelques centimètres de terreau au fond du pot, placez la motte au milieu et comblez le pourtour avec du terreau, jusqu’à 2 cm environ du bord afin d’éviter les catastrophes lors des arrosages.
    Arrosez abondamment pour tasser la terre et éviter que des poches d’air restent au contact des racines.

Que faire si vos plantes sont volumineuses et lourdes ?
C’est fréquemment le cas aves les ficus, les phoenix... D’autres n’ont pas besoin d’un rempotage régulier. On se contente alors de les "surfacer".
Cette opération consiste à ôter quelques centimètres de terre sur le dessus du pot, et à la remplacer par du terreau neuf. Les arrosages entraineront les éléments nutritifs vers les racines.
Si la plante est vraiment volumineuse, ses besoins sont conséquents et risquent de ne pas être couverts par quelques centimètres de terre. Incorporez alors au terreau un engrais à libération lente, présenté en petite billes, type Osmocote™.


  • Un choix de camélias à découvrir !
    Votre jardinerie vous propose ce mois de beaux camélias ; voici quelques conseils pour réussir au mieux sa culture et ainsi le garder le plus longtemps possible : ce n’est pas une plante difficile comme on pourrait souvent le croire !
  • Où le placer ?
    • Sans courants d’air froids – pas de rayons brûlants du soleil.
    • Plus la terre reste fraîche en été, plus il résiste au soleil.
    • N’hésitez pas à le planter sous le couvert de grands arbres feuillus, en évitant la proximité de gros arbres à enracinement superficiel qui pompent toute l’eau.
    • Placer si besoin un auvent pour protéger les fleurs les plus fragiles des intempéries et pour éviter aux fleurs blanches de rouiller.
    • Epargnez-lui l’exposition Est que le soleil d’hiver chauffe trop rapidement après une nuit froide.
  • Quelle terre ?
    Acide (pH autour de 6), fraîche, drainée et fertile. 
  • Comment planter ?
    Immergez bien la motte avant de planter pour bien l’hydrater. Le trou de plantation doit être égal à deux fois le volume de la motte, plus large que profond car l’enracinement est superficiel. Améliorez le drainage en plaçant une couche de billes d’argile au fond du trou.
  • Vous pouvez planter un camélia en pot !
    Le camélia peut vivre de longues années en pot si celui-ci fait au moins 35-40 cm de diamètre. Surfacez chaque début de printemps en remplaçant 5 cm de la surface par un substrat tout neuf. Le pot permet de profiter de fleurs parfaites si on peut les abriter du froid et des intempéries dans une serre ou une véranda non chauffée (5 à 10°C).
  • Entretien
    Arrosez régulièrement : n’oubliez pas d’arroser en hiver, surtout s’il est en pot ou placé sous un rebord de toit. Le paillage régulier avec des matières organiques enrichit le sol. Complétez avec un apport printanier d’engrais ‘Plantes de terre de bruyère’ pour doper la croissance et la formation des futurs boutons floraux.
  • Attention à la taille !
    La taille n’est pas nécessaire sauf pour ôter les parties malades ou abîmées par le froid. Taillez après la floraison, quand il ne gèle plus. Nettoyez régulièrement les fleurs fanées de ceux qui ne les perdent pas naturellement. Attention aux futurs boutons qui se forment très tôt. Vous pouvez redonner de l’allure aux sujets un peu dégingandés en les taillant court, mais ne comptez pas sur des fleurs l’hiver suivant !

Au potager



  • Halloween
    Le 31 octobre, c’est " Halloween " ou veille de la Toussaint.
    Ce jour-là, tous les enfants se déguisent (les adultes aussi, quelquefois). Le thème est l’épouvante : costumes de fantômes, lutins, chauve-souris, dracula, Frankenstein, sorciers (-ères)...
    Le soir, les enfants vont de porte en porte, et par la formule " Trick or Treat " (un mauvais tour ou une douceur !) obtiennent bonbons et chocolats.
    C’est aussi la tradition d’acheter une " pumpkin " ou citrouille et de la sculpter en forme de tête effrayante.
    " Halloween " est remise à la mode après de nombreux siècles d’oubli. C’est une fête très populaire aux Etats-Unis, mais elle est originaire d’Europe. Avant de nous revenir de son voyage américain avec une bonne teinte commerciale, Halloween n’avait pas cessé d’être fêté en France dans des régions comme en Alsace ou en Lorraine.
     
    Profitez-en pour valoriser auprès de vos enfants les belles citrouilles de votre potager et faites des soupes ou des gâteaux avec la chair de la citrouille.
  • Semez des mâches !
    La mâche constitue la salade d’automne et d’hiver par excellence. Il est vrai qu’elle résiste particulièrement bien au froid, et qu’on peut la semer tardivement. Son semis est inratable : essayez donc ! La mâche (valerianella olitoria), souvent appelée "doucette", est une bisannuelle à saveur douce qu’on trouvait autrefois à l’état sauvage dans les champs, où elle était récoltée à l’hiver et au printemps.

En sachets de graines dans votre jardinerie, vous trouverez notamment la délicieuse
’Coquille de Louviers’, très rustique au froid.
’Verte de Cambrais’, très productive
’Verte d’Etampes’, très résistante au froid
’Ronde maraîchère’, productive et précoce
’Mâche à grosse graine’, un peu frileuse
La mâche n’a aucune exigence sur la qualité du sol.
Un sol ferme suffit, donc inutile de bêcher, sauf en cas de terre très argileuse où le sol est vraiment très dur !
Compter 3 gr pour 1 m² à ensemencer. On sème en place (sans repiquage).
La germination prend 6-8 jours à 15°C et 10 jours à 10°C : compatible, donc, avec un semis d’automne.
Protection hivernale
Vous pouvez récolter de la mâche durant tout l’hiver, selon la date de vos semis et les conditions météorologiques. Certaines variétés sont plus sensibles au froid que d’autres.
Pour protéger votre salade, votre jardinerie vous conseille de protéger les plants avec un voile d’hivernage, en cultiver sous châssis ou encore recourir à la culture sous tunnel, qui protège à la fois thermiquement et contre les intempéries.

Au verger

« Quand octobre prend sa fin, dans la cuve est le raisin »
Dans votre jardinerie, vous trouverez de nombreuses variétés de vignes pour récolter de bons raisins de table l’an prochain en septembre.

Plantez des arbres fruitiers : c’est le moment mais plantez-les à bonne distance de votre voisin…
Les arbres ou les haies plantés en limite de propriété sont souvent source de conflit entre voisins. En pleine époque de plantation, voici quelques règles inscrites dans la loi concernant les distances à respecter lorsque l’on installe un arbre ou un arbuste.

Les règles de base
  • Arbre et arbuste d’une hauteur supérieure à 2 m à l’âge adulte (et non le jour de la plantation...) doivent être plantés à au moins 2 m de la limite de propriété (clôture).
  • L’arbre ou la haie ne dépassant pas 2 mètres doivent être plantés à au moins 50 cm du terrain voisin.
  • Pour les plantes grimpantes :
  • s’il existe un mur de séparation mitoyen, chacun est libre d’y adosser un arbre en espalier, ou une grimpante, pourvu que ces derniers ne dépassent pas la crête du mur en question.
  • si le mur est privatif, seul le propriétaire peut planter en espalier...

Demandez à votre mairie : Votre commune ou votre copropriété a pu apporter des modifications légales, lesquelles prennent alors le pas sur la loi initiale.
Renseignez-vous donc sur la règlementation locale et l’existence d’éventuels arrêtés municipaux voire préfectoraux sur le sujet. En mairie, au service de l’urbanisme, à la préfecture, auprès du syndic de votre résidence...
Une haie entre 2 maisons exactement à la limite des 2 propriétés : c’est une haie mitoyenne, et elle vous appartient seulement pour moitié ! Aussi, avant de la tailler, il vous faut disposer de l’accord du voisin et dans ce sens, mieux vaut un document écrit qu’un simple accord verbal... A noter, si la haie est longue et haute : la loi prévoit également un partage des frais d’entretien.
Des racines et des branches de votre arbre dans le terrain de votre voisin ?
Le droit de recépage autorise votre voisin à couper lui-même les racines de vos arbres qui avancent sur son terrain. Ce droit est acquis même si les distances règlementaires sont respectées.
Votre voisin n’a pas le droit de couper lui-même les branches de vos arbres qui dépasseraient sur sa propriété. Pour cela, il a besoin de votre accord.
En revanche, il a le droit absolu d’exiger qu’elles soient coupées au niveau de la limite séparatrice... Et c’est alors à vous de vous mettre en règle.

Ramassage des fruits
Distances de plantation respectées ou non, le propriétaire d’un arbre est civilement responsable de tous les dégâts que celui-ci pourrait occasionner. Une racine puissante qui fendille une terrasse, une branche qui endommage une serre ou un abri de jardin...
Vous êtes autorisé à ramasser tous les fruits du voisin qui tomberaient dans votre propriété. L’inverse est bien entendu tout aussi vrai !
En revanche, la récolte est interdite ! Vous n’avez donc légalement pas l’autorisation de cueillir les fruits portés par les branches qui dépassent la limite de propriété. Ainsi va la loi...

L’histoire donne souvent raison …
Si vous n’avez pas réalisé vous même les plantations, sachez qu’il existe une notion de prescription : si vous pouvez prouvez qu’un arbre ou une haie dépassait déjà, il y a 30 ans de cela, la hauteur maximale autorisée, l’élagage ne pourra être exigé.
Ceci est aussi vrai pour un arbre mal placé, mais qui aurait été planté à une époque où votre propriété et celle du voisin ne faisaient qu’une (assez fréquent en ville de nos jours, où les parcelles sont souvent divisées).

Aux fenêtres, balcons et terrasses



  • Le compost ou le compostage sur son balcon
    Un bon moyen d’apporter de l’engrais de qualité à vos végétaux est de réaliser un compost dans un coin de votre balcon ou terrasse. Le compost apporte l’humus nécessaire au développement du milieu microbien et les fertilisants nécessaires au bon développement de vos plantes.
    Le compostage dure en général 6 mois pendant le printemps et l’été. Vous pourrez ainsi sur votre balcon faire du compost avec un composteur adapté. Votre jardinerie vous propose des modèles de composteurs et aussi de nombreux conseils.
    Quels sont les ingrédients possibles de votre compost de balcon ?
    Il faut éviter de composter un seul composant ; il faut équilibrer les apports en carbone et en azote.
  • les restes de légumes et de fruits, sauf s’ils ont été traités (c’est souvent le cas des fruits du commerce - même les pommes de terre sont traitées à l’anti-germe)
  • certains cartons non imprimés comme les boîtes à œufs, les cartons ondulés ou les cartons des rouleaux pour les toilettes. Pas de papiers colorés qui contiennent des métaux lourds. L’encre noire est, elle, la plupart du temps réalisée avec du carbone. Les cartons apportent du carbone, ce qui permet d’équilibrer le compost car les déchets végétaux apportent plutôt de l’azote.
  • les journaux que vous déchirerez au préalable
  • le marc de café est riche en azote et en oligo-éléments et les filtres sont généralement biodégradables
  • les moûts de raisins
  • les sachets de thé
  • les litières animales
  • les coquilles d’œufs
  • la couenne de jambon, les croûtes de fromage, ...
  • les restes de poissons
  • les coquilles de noisettes, de noix, de pistaches...
  • les cheveux, poils, ongles, plumes, ...
  • les feuilles saines, les fleurs fanées, les bouquets de fleurs fanées



Evitez les mauvaises herbes en graines et supprimez les racines. Evitez également les restes de viandes qui peuvent dégager des odeurs gênantes.
  • Chrysanthème : le roi de l’automne et des balcons d’automne !
    Souvent considéré comme la "marguerite des morts", le chrysanthème est trop peu présent dans les jardins. Pourtant, ces soleils multicolores rayonnent de tous les feux de l’automne, à une époque de l’année où les autres plantes s’effacent... Osez et plantez des marguerites d’automne sur votre balcon !
    Avec sa palette de couleurs impressionnante, de fleurs d’une multitude de formes : pompons, "japonais", simples, incurvées... , le genre chrysanthemum est une grande famille de plantes très facile à cultiver, dans laquelle chacun peut trouver son bonheur, et qui permet de garder un décor fleuri, au jardin comme sur les balcons, jusqu’à l’entrée de l’hiver.
    Plantez vos chrysanthèmes ou marguerites d’automne en balconnières :
    Le chrysanthème est rustique ! Si vous achetez cette année des pieds conditionnés en pots de plastique, n’hésitez-pas à les planter en jardinière bien ensoleillée, de façon à stimuler la pousse de tiges vigoureuses et la floraison.
    N’oubliez-pas l’indispensable protection hivernale (paillage, film PVC...) pour l’hiver !

Au jardin d’ornement



  • Le mois des plantations par excellence !
  • Profitez de ce mois d’automne pour venir découvrir dans votre jardinerie des arbustes éclatants par leur feuillage : érable du Japon, aronie, fusain ailé, fothergilla, pommier d’ornement, sumac de virginie, hortensia à feuilles de chêne, viorne plicatum et bien d’autres végétaux…
  • Qu’on plante un arbre, un arbuste ou bien de petites plantes, il vous faut mettre toutes les chances de votre côté et planter à bonne période. L’automne est là : c’est la meilleure saison ! Ensuite, notre conseiller-vendeur est là pour vous guider dans le choix de végétaux adaptés à votre jardin. L’originalité c’est bien, mais avoir un minimum de chances de reprise, en fonction du sol, de l’exposition, du climat...c’est mieux.
    Enfin, il indique les gestes simples lors de la plantation et vous donne les quelques soins à apporter au bon moment (arrosage, paillage...) : vous constaterez qu’un peu de préparation est la meilleure garantie d’une plantation réussie !
  • Plantez des vivaces en automne
    L’automne est une saison charnière pour les vivaces.

Vivaces rustiques : résistent bien au gel

L’époque est favorable à la plantation de vivaces que votre jardinerie vous propose en godets. Nous conseillons de choisir celles qui fleurissent au printemps et en début d’été. Passer l’automne et l’hiver en terre leur permettra de s’installer et de démarrer au plus tôt, d’où floraison superbe l’an prochain !

Vivaces frileuses : à protéger
Certaines, bien qu’elles reviennent année après année, sont plutôt frileuses. C’est le cas des sauges, des penstemons, des fuchsias et des nombreuses méditerranéennes qui peuplent aujourd’hui bien des jardins situés au-dessus de la Loire...


Pour les protéger, épandez à leur pied un paillis d’écorces ou d’un autre matériau : aiguilles de pin, paillette de lin), qui ont tendance à retenir l’humidité.
Vous pouvez également recourir au voile d’hivernage ou au film plastique à bulle pour protéger les sujets les plus sensibles au froid.

Marquer les emplacements avec des étiquettes : le feuillage de certaines vivaces disparaît complètement durant l’hiver. Pour ne pas risquer de les abimer en travaillant vos massifs ou plates-bandes cet hiver, marquez dès à présent leur emplacement au moyen des étiquettes et tuteurs prévus à cet effet.

Votre jardinerie vous propose de nombreux modèles d’étiquettes décoratives en terre cuite, en ardoise et bambou ou encore en étain. Leur coût peut vous paraître élevé, mais songez à l’esthétique et à la durée de vie.

Tuteurer vos vivaces
Pour que vos massifs d’arrière-saison conservent une bonne allure, n’omettez pas de tuteurer les grandes vivaces : asters, verges d’or, rudbeckias... Les tuteurs en bambous remplissent efficacement leur office et s’intègrent très naturellement.
Nalod's

Mentions légales | Groupe Nalod’s - 17 Parc Métrotech 42650 Saint Jean Bonnefonds | Contact | Développement