Actualités

Bien-être fruité



A la maison

Bien être fruité !

Une partie des récoltes des fruits est en cours ou avancée dans votre jardin : pêches, figues, cassis, prunes, framboises, melons, abricots, mirabelles, groseilles, fraises…vos paniers regorgent de fruits mûrs à point, alors lancez-vous, réalisez vos propres conserves et confitures pour déguster toute l’année, facilement et à moindre coût, les fruits essentiels pour la santé !
Faire ses propres conserves permet d’utiliser des fruits de saison, à grande valeur nutritive et meilleur marché. Mais en salades ou compote, vous pouvez déguster vos fruits de l’été dès la récolte :

Les fruits doivent être frais et assez mûrs sans être abîmés. Les fruits doivent être lavés et égouttés. Selon le cas, on enlève la peau, les pépins ou les noyaux. Ils peuvent être laissés entiers ou coupés en morceaux.

Salades de fruits
Il existe de nombreuses variantes de salade de fruits, source idéale de vitamines, dont la vitamine C, aux minéraux. N’oubliez pas la menthe qui apporte une touche de fraîcheur. Les vitamines contenues dans les fruits frais sont fragiles. Leur dégradation commence au moment où ils sont cueillis…les consommer dans les deux ou trois jours suivant la cueillette. Le résultat en termes de santé est incomparable !
Compote

D’un point de vue nutritionnel, une portion de compote ou de fruits au sirop équivaut à une portion de fruit. Il n’y a pas de hiérarchie à établir. L’une ne remplace pas l’autre, mais l’une n’est pas supérieure à l’autre. Ces deux modes de consommation des fruits sont parfaitement complémentaires.
Et quoi de plus pratique pour improviser un vrai dessert, sucré mais léger : les compotes et les fruits au sirop peuvent bien sûr être servis tel quel, mais on peut aussi les associer à des fruits secs, un fromage blanc ou des vermicelles colorés. Avec quelques pêches ou des abricots, on peut préparer d’innombrables desserts : clafoutis, tartes, coupes melba, flans, crumbles, charlottes.
En juin, n’oubliez les plantes vertes de votre appartement ou d’intérieur de la maison :
Rappels d’une bonne vie de votre plante verte :


Une terre riche, très aérée
Pour bien se développer, les plantes d’intérieur ont besoin d’une terre riche, légère et aérée. Le plus simple consiste à acheter des sacs de terreau dit "de rempotage". Ce terreau convient à la plupart des plantes. Toutefois, vous pouvez préparer vous-même du terreau en mélangeant terre de bruyère, terreau de feuilles et terre de jardin. Vous pouvez y ajouter un peu de sable granuleux.
Un point important : le drainage des pots ou des bacs. Pour obtenir de belles plantes vertes, il est indispensable de réaliser au fond de chaque récipient une couche drainante. Elle se compose de débris de terre cuite ou de gravillons, sur une épaisseur d’1 ou 2 cm. Cette couche permettra à l’eau d’arrosage de s’écouler sans stagner (une stagnation entraînerait la pourriture des racines).
À l’exception des bacs à réserve d’eau permanente, tous les pots devront être percés.

De l’humidité
Les plantes vertes ont besoin d’humidité pour leurs racines et pour leurs feuilles.
  • Le trempage
    Pour les plantes aimant l’eau (fougères...), si la terre est trop desséchée, il est conseillé d’immerger complètement le pot (baigner la plante). En effet, sur une terre sèche, l’eau circule par les fentes sans pénétrer la motte. Une opération qui plaira beaucoup aux enfants.
  • Des arrosages sans excès
    Pour arroser, un petit arrosoir à long bec est idéal. Dites aux enfants qu’il faut éviter d’arroser trop. Pour juger du besoin d’eau, faites leur surveiller la terre des pots.
    Le terreau doit être humide et souple (le doigt s’y enfonce un peu). Le terreau ne doit pas être détrempé. En cas d’excès d’eau, laissez-le sécher avant un nouvel arrosage.
    Si la terre est compacte, un peu décolorée, elle est beaucoup trop sèche. Les feuilles vont devenir très molles et pendantes. Il faut agir très vite.
  • Une atmosphère humide
    Le bassinage consiste à pulvériser de fines gouttes d’eau sur le feuillage. Un grand nombre de plantes vertes sont d’origine équatoriale. Leur milieu naturel est chaud et saturé en eau. Le chauffage des classes en hiver dessèche fortement l’air et provoque souvent la chute des boutons floraux.
    Le bassinage permet aux plantes vertes de retrouver une atmosphère humide.
    Une lumière abondante
    C’est un besoin majeur. Le plus souvent, les plantes vertes végètent par manque de lumière. Les plantes ont besoin de lumière pour fixer le carbone de l’air qui est leur principal constituant.
    Certaines plantes vertes (Sansevieria, Aspidistra) supportent un éclairage modéré. Excepté celles-ci, il est conseillé de placer vos plantes vertes près d’une fenêtre en évitant cependant une exposition au soleil direct qui pourrait causer des brûlures au feuillage.
  • Une température constante
    Les plantes vertes préfèrent une température comprise entre 18° et 24 °. Elles s’arrêtent de pousser si la température baisse trop.
    Elles détestent les variations brutales de température.
    De l’air pour les feuilles et les racines
    La plante respire également par ses racines. C’est la raison pour laquelle les plantes vertes supportent mal un excès d’arrosage. Veillez à maintenir propres les feuillages des plantes. La photosynthèse et les échanges gazeux sont gênés si les feuilles sont chargées de poussière.

Le palmier,
un symbole de victoire au service de votre créativité



Le palmier est un vainqueur né, l’ultime touche pour sublimer le décor végétal de votre maison. Elu plante d’intérieur de juillet, il réussit toujours à faire rayonner sa créative présence entre vos quatre murs. Le palmier donne de la personnalité à votre intérieur, mais stimule aussi votre imagination. Préparez-vous à voir jaillir des idées originales et des projets inédits !

Le palmier n’est absolument pas du genre à se faire oublier dans un coin. Bien au contraire, il tient à jouer un rôle dans votre maison, et certainement pas un rôle secondaire ! Grâce à ses immenses feuilles, il peut vite atteindre des proportions impressionnantes. Votre palmier commence à se sentir à l’étroit ? Dommage, on ne peut pas le tailler. Une seule solution : installez-le dans un espace assez grand pour qu’il puisse s’épanouir.

La palme du triomphe
Pour comprendre l’importance du palmier, il faut remonter à l’époque biblique. Le dimanche qui précède Pâques est appelé « fête des Rameaux » parce que le jour où Jésus est entré dans Jérusalem, la foule a déposé des feuilles de palme sur son chemin. Chez les Romains, le palmier était le symbole de Victoria, déesse de la victoire. Au fil des siècles, il a toujours représenté le triomphe. Voilà pourquoi seuls les vainqueurs repartent avec une feuille de palme. Une colombe tenant une palme dans son bec représente la paix, conséquence logique de la victoire. Aujourd’hui, la feuille de palme occupe donc une place de choix sur le drapeau de l’ONU.

Libérez votre esprit
Le palmier est un peu envahissant, mais il libèrera votre esprit. Des chercheurs ont prouvé que la proximité d’un palmier stimule la créativité et permet de trouver de meilleures solutions aux problèmes. C’est dû aux propriétés rétives et thérapeutiques de la plante. D’autres études indiquent que les sujets soumis à une tâche créative s’en sortent beaucoup mieux quand il y a une plante dans la pièce. Un palmier chez soi, c’est une garantie de créativité artistique !

Des idées brillantes
Malgré ses exigences en termes d’espace, le palmier ne réclame pas trop d’attention. Amateur d’arrosages réguliers, il a besoin que son terreau soit maintenu à un niveau d’hydratation constant. Ne le noyez pas pour autant : le palmier déteste avoir les pieds trempés. Dans l’idéal, donnez-lui de l’eau tiède pour éviter les chocs thermiques. Si vous lui allouez un emplacement bien éclairé et pas trop froid, votre palmier fera jaillir en vous des idées brillantes. Il vous aidera même à enchaîner les projets les uns derrière les autres !

Aux fenêtres, balcons et terrasses

Arrosez
Arrosez régulièrement, surtout s’il fait chaud, de préférence le matin ou en fin de journée. Ombrez les bacs s’il fait très chaud et arrosez régulièrement. Continuez à apporter de l’engrais liquide.
Au potager & verger
Préparez les vacances et organisez l’entretien des cultures
Si vous avez semé des légumes d’automne, pensez à l’organisation de l’arrosage pendant les vacances : fixez un tour de rôle et un rythme d’arrosage. Mieux vaut un arrosage long et copieux par semaine que plusieurs petits. Pensez aussi qu’il est possible de pailler les cultures avec de l’écorce de pin, des tontes de gazon, de la fougère séchée et broyée... L’eau du sol s’évaporera moins vite.
Pour faciliter l’arrosage d’été, mettez en place un système de goutte à goutte programmé. Utilisable aussi bien pour le potager, que pour les fleurs ou les jardinières et les bacs, on trouve aujourd’hui des systèmes peu onéreux et très simple à mettre en œuvre
Déterrez les bulbes de printemps et stockez-les au frais jusqu’à l’automne.

Avant le départ, faites un nettoyage et un lavage soigneux des terrines, bacs, outils.

Au jardin d’ornement

Les rhododendrons épuisés
Afin de garantir une floraison abondante l’année prochaine, il est préférable de soulager les grands rhododendrons de leurs fleurs fanées. Prélevez ces dernières en tirant avec elles un morceau de tige : les boutons floraux de l’année prochaine se formeront juste en dessous. La plupart des variétés sont défleuries en juin. En supprimant les fleurs fanées, vous éviterez la formation de graines et les plantes mettront ainsi encore plus d’énergie à préparer la future floraison.
Juin est le mois idéal pour tailler les cerisiers, mais ne supprimez jamais de grosses branches au risque de voir apparaître de graves maladies telles que la cloque ou la gomme.

A partir de fin juin, les plantes de haie entament leur deuxième phase de croissance rapide. Elles récupèrent rapidement après l’élagage et produisent de nombreuses jeunes pousses. Taillez les buis et ifs par temps nuageux.
Si vous rabattez vos delphiniums après leur première floraison, ils fleuriront à nouveau à l’automne. La production de graines leur demanderait beaucoup d’énergie qu’il vaut mieux consacrer au développement de nouvelles fleurs. Nombre de plantes continueront à fleurir pour peu que vous supprimiez au fur et à mesure leurs fleurs fanées.
Vous pouvez encore tailler les arbustes à floraison printanière maintenant épuisés. Si vous attendez trop longtemps, les futures branches à fleurs de l’année prochaine risquent de ne pas être suffisamment aoûtées (endurcies)

Tondre ou tondre et mulcher
Vous pouvez tondre le gazon et évacuer les coupes, les composter ou bien les disperser entre les plantes ornementales de vos massifs, ou bien vous pouvez tondre et disperser simultanément les coupes sur le gazon. Un kit spécial "mulching" adapté à la tondeuse permet de pulvériser les brins d’herbe si finement qu’ils peuvent ainsi rester sans dommage sur la pelouse sous forme de mulch et, alors, agir comme un engrais. Plus besoin donc d’évacuer les coupes et de fertiliser le gazon !
Coupez la pelouse de jeu à trois centimètres de hauteur et de deux centimètres celles d’ornement. Toutefois, il est sage de tondre plus haut lors des périodes de sécheresse. Une tonte hebdomadaire s’avère alors nécessaire et suffisante

Plantez des vivaces
Les plantes vivaces ont des attraits multiples : certaines ont un parfum suave qui attire les papillons, d’autres font le régal des gourmets, d’autres encore se prêtent à la composition de superbes bouquets. Pour la plupart, les organes aériens meurent en automne et la souche passe ainsi l’hiver incognito. Les grandes plates-bandes classiques de vivaces sont à leur apogée de juin-juillet à mi–août, mais ces massifs se révèlent ensuite moins décoratifs.
Les plantes vivaces sont de précieuses alliées pour affiner et personnaliser la décoration de votre jardin. Leur extrème diversité de couleurs, de formes et de silhouettes offre un éventail infini de combinaisons et d’utilisations. Même si la plupart des plantes vivaces fleurissent assez brièvement, d’autres variétés prennent généralement le relais. Les plantes vivaces ont des attraits multiples : certaines ont un parfum suave qui attire les papillons, d’autres font le régal des gourmets, d’autres encore se prêtent à la composition de superbes bouquets. Bref, planter des vivaces dans votre jardin, c’est l’assurance de célébrer les mille plaisirs des quatre saisons !

Une plante vivace est une plante herbacée, dépourvue de tiges ligneuses (de « bois »). Les vivaces perdurent grâce à leurs racines souterraines qui produisent chaque année de nouvelles tiges, des feuilles, des fleurs et des graines. Pour la plupart, les organes aériens meurent en automne et la souche passe ainsi l’hiver incognito. Les touffes repoussent chaque année plus volumineuses.
Elles s‘étalent de différentes manières, toutefois, comme elles repartent du sol chaque année, leur hauteur est constante. De plus en plus de variétés sont maintenant proposées, qui ne disparaissent pas en hiver et conservent au contraire un feuillage vert bien persistant, et qui sont pourtant bel et bien des plantes vivaces.
Périodes de floraison
La gamme des plantes vivaces est une des plus vastes et s’enrichit chaque année. En moyenne, une plante vivace fleurit trois semaines durant et la période la plus spectaculaire est souvent en été. Les grandes plates-bandes classiques de vivaces sont à leur apogée de juin-juillet à mi–août, mais ces massifs se révèlent ensuite moins décoratifs. Les jardiniers modernes recherchent des floraisons plus échelonnées et c’est tant mieux ! Le choix est tel dans le monde des vivaces qu’il suffit de sélectionner des plantes aux floraisons successives. Ces merveilleuses alliées du nouveau jardinier peuvent fleurir le jardin semaine après semaine et durant toute l’année !


Les vivaces en massif
Dans un massif bien conçu, le décor évolue en permanence. Echelonnez astucieusement les périodes de floraison pour éviter les excès bariolés et bénéficier au contraire d’un renouvellement de floraisons délicates au fil des mois et des saisons. Les dimensions de votre massif détermineront l’étendue de vos associations colorées. La structure des massifs repose en premier lieu sur les arbustes. Avec les plantes vivaces vous insufflez un mouvement continu de vie, avec des alternances intéressantes de fleurs, de couleurs et de textures. Semaine après semaine, votre jardin vit ainsi tout au long de l’année.

Vivaces de fin d’été et d’automne
Le printemps et l’été sont des saisons très riches en floraisons de vivaces, mais l’automne n’est pas en reste ! Pour cette époque, choisissez des vivaces de fin d’été : aigremoine (Eupatorium), achillée (Achillea) avec son feuillage de fougère, chardons globuleux (Echinops). Certaines espèces sont encore en pleine gloire en automne, tandis que d’autres arborent déjà les chaudes couleurs de leur feuillage d’automne. Associez par exemple le Sedum ‘Matrona’ avec la bergamote (Monarda) et la renouée des oiseaux (Persicaria). Les asters sont bien sûr les fleurs d’automne par excellence et offre une incroyable palette de couleurs et de nuances
Nalod's

Mentions légales | Groupe Nalod’s - 17 Parc Métrotech 42650 Saint Jean Bonnefonds | Contact | Développement